Samedi après midi, boulevard du palais

https://i0.wp.com/referentiel.nouvelobs.com/file/318979.jpg
http://referentiel.nouvelobs.com/file/318979.jpg

«  je jure de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité ».
Il est 14h30 dans la vingt-troisième chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris de Paris. La présidente, qui entame déjà son quatrième procès en comparution immédiate de l’après-midi vient de demander à l’interprète de prêter serment.
L’homme s’engage à traduire les questions du tribunal et les réponses de l’accusé. Lire la suite

Publicités

Vimy, 90 ans d’histoire franco-canadienne.

monument canadien
monument canadien

«  Tu vois là, c’est le nom de mon père ! »

Un vieil homme, casquette beige fixée sur le crâne dégarni, pointe le nom de Joseph Simoneau. Sur les pilonnes de 40 mètres qui forme le monument canadien de Vimy dans le Pas de Calais, il a repéré le nom de son père.A côté de lui, un petit garçon emmitouflé dans un manteau rouge et vert, écoute. Son regard semble déchiffrer un à un les 11 295 patronymes de soldats canadiens disparus lors de la première guerre mondiale, inscrit sur les blocs de pierre sur les parois du monument. Lire la suite

Bringing pleasure to people

sex shop

Saturday afternoon, 5 pm, at least 10 people are waiting in front of the cashier.
Everyone has his little question : « how do i use it ? » « can i use it even if i’m pregnant ? » «  which one is the best ? »…

David, behind the counter, tries to answer each of his customer with the same patience.
Since he has opened his sex shop, near Chatelet in Paris, the place is always full. Especially at week end, as he precises. «  At the beginning, in 2004, people were a bit ashamed of coming inside… Today, it seems to me that almost everybody is accepting that sexuality is part of life … ». Lire la suite

Le dopage contamine les amateurs – article l’Express 2004

dopage amateur
dopage amateur

Un dimanche de février à l’heure de la grand-messe, voilà deux heures déjà que des cyclistes transis franchissent le sommet du mont des Cats. Loin des clameurs du Paris-Roubaix et du Tour de France, ces anonymes forçats de la route cèdent tous à la même passion. Passion dévorante puisque le dopage en devient parfois la rançon. Même si elle épargne les purs, la sous-culture de la performance en a banalisé la pratique. Il y a vingt ans, la triche se cantonnait au milieu professionnel. Elle gangrène depuis quelques années le vélo amateur, comme l’explique Christian Palka, ancien coureur et fin connaisseur du cyclisme régional. Lire la suite

Paris Lille, entre capitale et ma ville

paris lille
paris lille

Les tenues vestimentaires portent encore les stigmates du week end glacial. En gare de Lille, en ce premier lundi matin de novembre, ils sont déjà une petite dizaine, emmitouflés dans leur écharpe et leur bonnet, aux abords du quai 8 de la gare Lille Flandres.

20 minutes avant le départ du train, Ils attendent le TGV direction Paris qui les emmènera sur leur lieu de travail.
Sur le grand panneau noir planté au milieu de la gare, le quai n’est pas encore indiqué. Une habituée du trajet, son abonnement travail sorti, prêt à être composté, raconte à sa voisine que « c’est comme ça que l’on reconnaît les habitués ». Lire la suite

Yes, they can

https://i0.wp.com/americana.blog.lemonde.fr/files/2008/01/obama.1201801546.jpg

difficile de ne pas faire de post aujourd’hui tellement la soirée a été chargée d’émotion…
Le programme était bien rodé même si nous ne savions pas exactement ce qui nous attendait…
Parce qu’on nous avait dit que c’était le bar où se retrouverait tous les américains de Paris, parce que notre prof’ nous avait imposé d’y aller… le premier rendez vous de la soirée éléctorale américaine from Paris était fixé au Harrys’s Bar… Près de l’Opéra, un bar miniscule qui allait savoir pourquoi acceuille tout le gotta américain… Sans carte de presse, sans invitation, sans accréditation, difficile de rentrer… difficile voir impossible, 30 minutes tassée derrière une barrière a essayer de faire comprendre à la sécurité que c’est pas ma présence qui changera la donne, pour finalement renoncer….
A l’échec de ma première tentative, a été associé la joie des rencontres sur le parvis du Bar.. Comme moi, beaucoup d’américains s’étaient massés rue Daunou en espérant rentrer… Autour d’une bud, ils ont accepté de partager leur frustration mais surtout leur espoir et leur croyance… Alex a 20 ans, il se repère dans la foule à la pancarte Obama 2008 qu’il porte au dessus de sa tête… Etudiant depuis 2 mois à Paris, il n’en reste pas moins un convaincu du sénateur de l’Illinois… Quand il était encore en Utah, son état d’origine, il passait ses samedis à faire du porte à porte, « pour faire comprendre aux gens qu’ils ont besoin de changement »…Plus loin, c’est Joella et Izmir, un couple d’américain, d’origine arménienne, en lune de miel à Paris… Lire la suite

Jacques Brel ne nous quitte pas – revue de presse

30 ans après sa mort, Jacques Brel tourmente encore la Belgique

Ne me quitte pas, c’est ce que semble dire l’ensemble des éditorialistes à Jacques Brel alors que l’on célébrait jeudi le 30ème anniversaire de sa mort.

Comme le rappelle le quotidien gratuit Métro, c’est le 9 octobre 1978 que le chanteur belge est décédé, à l’âge de 49 ans, d’un arrêt cardiaque.

http://tbn0.google.com/images?q=tbn:mHOYcP-P-gwEgM:http://platea.pntic.mec.es/~cvera/hotpot/images/brelll.jpgDes faubourgs de Bruxelles au cimetière d’ Atuonaaux ( Maldives) où il est enterré, en passant par les plus grandes salles parisiennes, et devant les caméras du réalisateur Edouard Molinaro, le parcours atypique de Jacques Brel nous est rappelé en détail dans la Tribune de Genève. Un chemin chaotique qui se termine par un « succès populaire incomparable ».
En 2005, un sondage de la RTBF montrait que le grand Jacques restait le citoyen favori du plat pays. Un consensus autour de sa personne qui, comme le note l’éditorialiste de La Croix aurait sûrement rassuré celui qui, dés les années 70, Lire la suite

Entre deux taxis

Prise dans les méandres de la vie parisienne, je n’arrive pas à écrire… j’y pense souvent, mais l’envie de me vient pas, reste alors la culpabilité d’avoir commencer un projet et de n’être pas capable de le tenir…
C’est aussi que je n’arrive pas à faire de cette ville ce que je veux, je n’arrive pas à me l’approprier, à la faire mienne… Un mois déjà et je suis toujours étrangère devant ses murs… Place du Panthéon, le sentiment est fort, cette place me fait peur, les pierres jaunes m’écrasent, j’ai juste envie d’échapper… Ce qu’il manque à Paris, ce qui me manque dans cette ville c’est du vert… Lire la suite