« C’est un moyen d’enterrer progressivement l’ISF »

article publié sur l’express.fr

Le relèvement du plafond de défiscalisation de l’impôt sur la fortune (ISF) n’est plus qu’une question de semaines. Ce mardi, le Président y a apporté, officiellement, son soutien soulignant les effets positifs sur l’emploi d’une telle décision. Vincent Touzé, économiste à l’OFCE, est plus sceptique.

Quel est l’impact d’une telle mesure sur la relance de l’économie ?

Il est assez difficile d’apprécier l’efficacité de ce genre de mesures a priori. Néanmoins, on observe, depuis le début de la crise, une très forte baisse de l’investissement. Les investisseurs n’ont pas confiance en l’avenir et sont très prudents. En théorie donc, la baisse du plafond de défiscalisation devrait inciter les investisseurs revenir dans les entreprises. D’autant plus qu’avec la défiscalisation à hauteur de 75% de l’investissement, la prise de risque pour l’investisseur n’est que de 25%.

Si elle est mise en place, la proposition de Nicolas Sarkozy va, dans un premier temps, créer un effet d’aubaine : les personnes qui avaient l’intention d’investir vont le faire d’autant plus rapidement, et avec d’autant plus d’ampleur.  Mais de là à dire que le relèvement du plafond va permettre la création d’emplois, il y a un pas. La mesure va surtout permettre aux PME qui bénéficieront des investissements d’augmenter leur  fonds propres, mais ne va en aucun cas relancer la demande.

Lire la suite

Publicités

Les bons plans des entreprises pour préserver l’emploi

publié sur l’express.fr
On se souvient de Yannick Miel, ce jeune diplômé au chômage qui se vendait sur eBay, ou de Jean-Luc Floch, cinquantenaire, cadre de la finance, prêt à payer pour être employé… des moyens originaux déployés par des salariés pour retrouver du travail. Mais du côté des entreprises aussi, des initiatives originales naissent pour lutter contre la dégradation du marché de l’emploi. Revue de détails.

La mutualisation des employeur, une pratique qui permet de « sauver de l’emploi »

Autorisés en 1985 pour le secteur agricole, les groupements d’employeurs connaissent un regain d’intérêt. Contre une cotisation annuelle copprise entre 100 et 2000 euros, les patrons-adhérents font parvenir leur besoin de main d’oeuvre au groupement. Charge alors à l’organisation de trouver le salarié qui passera une partie de son temps dans l’entreprise.
Lire la suite

L’instant « Amélie Poulain »

photocabine41

Si par hasard, comme moi, vous n’avez pas eu le temps ou l’occasion de passer au Palais de Tokyo ou au 104, et que comme moi, depuis Amélie Poulain, vous rêvez de faire des photos type « photomaton argentique », il reste ce site : http://www.laphotocabine.com/
Et bien entendu, je n’ai pas résisté à essayer… Avec mon frère, toute seule, en noir et blanc ou en couleur, maquillée, coiffée, décoiffée…. Bref, il n’en fallait pas plus pour exacerber mon narcissisme…

La mer du Nord en hiver, sortait ses éléphants gris-vert…

Week end de Pâques… Retour en province…
Un rayon de soleil, un matin, et une envie pressante de changer d’air, de prendre le large… Au volant de la berline de Papa, 2 heures de route au son du dernier Vincent Delerm,  et comme paysages : des champs à perte de vue… Il est 15h, les bords de Manche connaissent l’affluence…Des familles refusant le jeu du week-end pascale, des cerf-volistes s’entraînant pour la fameuse compétition du week-end prochain, des pêcheurs à la recherche d’un repas pour le soir, et d’autres… marcheurs perdus ou coureurs zélés, promeneurs de chiens ou d’enfants, jeu de raquettes, compétition de pétanque sur un sol en pente, buts de foot improvisés en deux manteaux … Et puis, le temps de reprendre la route…
Photobucket
Photobucket
Lire la suite

Et d’aventures en aventures…

Le blog change…
Aprés un week end au calme, une utilisation intensive de tweeter, j’ai décidé de mettre ici plus de moi…
Je continuerai d’y mettre les articles que j’écris… pour les cours ou durant les stages…
Mais je rajouterai ce que je trouve et ce que j’aime sur le net, beaucoup de coups de coeur j’espère, quelques coups de gueule peut-être… Lire la suite

« Les patrons ne doivent pas négocier quand ils sont séquestrés »

article publié sur lexpress.fr

3M, Sony, Caterpillar, Scapa, et ce vendredi, Faurecia… depuis deux mois, les séquestrations de patrons se multiplient en France. La réaction de Xavier Tedeschi, président d’Horemis, une agence de conseil en gestion qui conseille les patrons des entreprises confrontées à crise sociale.

Les séquestrations de patrons, est-ce un phénomène nouveau ?

Les négociations sociales ont toujours été risquées. Contrairement à ce que l’on croit, on n’a pas découvert la séquestration ces derniers mois. Ce qui est beaucoup plus inquiétant, c’est l’effet boule de neige que l’on observe en ce moment. Il y a une contagion entre les différentes entreprises.  Quelle sera la prochaine étape ? C’est toute la question. La séquestration est un moyen de choquer et d’attirer les médias sur le sort de l’entreprise. Mais, depuis deux mois, il y a au moins une séquestration de patrons par semaine. Bientôt l’opinion publique considérera cette pratique comme normale et les médias s’e désintéresseront. Jusque maintenant, les séquestrations durent une nuit, voire une journée. Mais je ne serais pas étonné que cela évolue… Il est probable que les séquestrations de patrons durent de plus en plus longtemps. Lire la suite

Si par hasard, sur le pont des arts…

Le Vent

Sur le pont des Arts, au dessus de la Seine…
Dans la Seine en dessous du pont des arts…
Un dimanche en fin d’aprés-midi, à l’heure de l’apéro…Une nappe, des rires,du vin, du pain, du saucisson, et des guitares…
Des musiciens, et des touristes, des étudiants et des parisiens…
résumé en images
Photobucket Lire la suite

« Le dialogue social permet aux entreprises de résister à la crise »

publié sur l’express.fr

Dans un rapport, publié ce mardi, le Centre des jeunes dirigeants propose 15 mesures pour restaurer le dialogue social en France. Explications, avec Michel Meunier, un des auteurs de l’étude.

Quelle est la situation du dialogue social en France aujourd’hui ?

Le dialogue social est rompu en France. La Banque mondiale estime que la France perd 1 point de PIB par an à cause du mauvais climat entre les salariés et leur patron, qui entretiennent une grande méfiance.

Les dirigeants voient les syndicats comme des ennemis qui cherchent à remettre en cause leur pouvoir. Et les organes de représentation du personnel n’ont pas les moyens de s’implanter dans les petites et moyennes entreprises. La rupture du dialogue social ne sert à personne. Chez les salariés, on observe une augmentation de la frustration au travail, du mal-être, du stress, des arrêts maladies. Pour les dirigeants, cela se traduit par une dégradation de la productivité et des rendements. Lire la suite