Dis moi comment tu baises, je te dirai qui tu es !

La levrette, position de femme pauvre et dominée ? c’est en somme la conclusion que l’on peut tirer d’un article de l’Express paru cette semaine tentant de faire une corrélation entre les classes sociales et les préférences en matière de sexualité.

Le point de départ de cet article est une étude sur les préférences sexuelles de françaises qui montrent que la position favorites des hexagonaux est la levrette. Pour les deux experts embauchés par l’Express cela pose problème.
La levrette, position dont le symbole de domination est forte ne peut pas être en tête des préférences françaises. Quelle soit la position favorite des hommes, ils veulent bien, quelle soit la position favorite des femmes dominées et pauvres, passe encore. Mais comme les femmes fortes et indépendantes peuvent avoir mis cette position en tëte de leur classement? Si on reprend la logique de ces experts, la femme indépendante et riche doit préférer la position d’andromaque.

Dénué de la notion de plaisir féminin; l’article de l’Express replace la sexualité féminine dans le déterminisme.

En réaction à cet article, Gaëlle-Marie Zimmermann s’emporte dans le Nouvel Obs : « Nous, les femmes, avons déjà eu du mal à nous extraire des conditionnements sociaux et sexuels qui nous ont privées du droit au plaisir pendant des siècles, et quand enfin nous approchons du but, commençant à savourer l’idée de choisir dans quelles positions nous allons nous envoyer en l’air en fonction de notre sensibilité physique, érotique, émotionnelle, voilà qu’un vendeur de formatage sexuel sponsorisé par les médias vient nous expliquer qu’on baise en étant AU-DESSUS parce qu’on gagne suffisamment de pognon ».

Une femme indépendante financièrement ne pourrait donc pas vivre une sexualité dominée ? Un peu bête, les pauvres auraient donc une sexualité de brute, sans sophistication? ce qui explique que la levrette est leur position préférée ? c’est en somme le constat final des experts de l’Express.
La partie la plus drôle du texte paru dans le journal de Christophe Barbier est pourant la conclusion des deux experts: « Notre travail de scientifique est de gommer ces idées reçues. »…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s