100 Jours, 100 mecs, 100 Baisers: 100 Kisses in Paris

Elle a 28 ans, elle vient de Taiwan et des idées plein la tête… L’une d’elles, embarrasser des inconnus dans la rue et les prendre en photos… Projet qui a germé dans sa tete il y a 4 ans mais qui n’a pu se concrétiser que l’an passé, lors de son arrivée à Paris.

Un an plus tard, Yang Yaquin accepte de répondre à nos questions…en anglais: Lire la suite

Publicités

100 kisses in Paris

Pour commencer le week end sur une note un peu plus glamour que celle des derniers posts, je voulais présenter le projet de cette jeune étudiante chinoise : 100 kisses in Paris

Yang Yaqing est une jeune fille de 28ans, originaire de taiwanne, elle étudie à Paris…C’est dans la capitale française qu’elle a mis en action son projet, élaboré alors qu’elle était encore à Taiwan. Lire la suite

La mosquée de Paris ( Description )

Dans le quartier, à la réputation tranquille, touristes et croyants se cotoient à longueur d’année.  Le long des grands murs blancs du bâtiment, les visiteurs admirent nonchalamment l’architecture mauresque dessinée au début du siècle par des ouvriers marocains et algériens.

Avant de pénétrer dans le lieu de culte par le grand porche, ils croisent Fatima. A l’angle de la rue Daubenton et George Desplas, la femme, au visage abimé par le temps, bredouille un chant berbère contre quelques centimes d’euros.
Lire la suite

A man of Good Fortune

https://i1.wp.com/i205.photobucket.com/albums/bb44/michellekindschi/vinyls.png

With Thomas, Sigmund Freud would have had a lot of work.
Or maybe, it would have been too obvious for Sigmund.

At first, one can think Thomas’s passion for music is normal. But when one learns that the first disc he bought at the age of 11 was Lou Reed’s Berlin, then, it is obvious ! His parents are the ones responsible.
At the age of 7, when his parents got divorced, Thomas ‘s father left him plethora of “daddy rock” 7” inch vinyl discs. Lire la suite

Bringing pleasure to people

sex shop

Saturday afternoon, 5 pm, at least 10 people are waiting in front of the cashier.
Everyone has his little question : « how do i use it ? » « can i use it even if i’m pregnant ? » «  which one is the best ? »…

David, behind the counter, tries to answer each of his customer with the same patience.
Since he has opened his sex shop, near Chatelet in Paris, the place is always full. Especially at week end, as he precises. «  At the beginning, in 2004, people were a bit ashamed of coming inside… Today, it seems to me that almost everybody is accepting that sexuality is part of life … ». Lire la suite

Yes, they can

https://i0.wp.com/americana.blog.lemonde.fr/files/2008/01/obama.1201801546.jpg

difficile de ne pas faire de post aujourd’hui tellement la soirée a été chargée d’émotion…
Le programme était bien rodé même si nous ne savions pas exactement ce qui nous attendait…
Parce qu’on nous avait dit que c’était le bar où se retrouverait tous les américains de Paris, parce que notre prof’ nous avait imposé d’y aller… le premier rendez vous de la soirée éléctorale américaine from Paris était fixé au Harrys’s Bar… Près de l’Opéra, un bar miniscule qui allait savoir pourquoi acceuille tout le gotta américain… Sans carte de presse, sans invitation, sans accréditation, difficile de rentrer… difficile voir impossible, 30 minutes tassée derrière une barrière a essayer de faire comprendre à la sécurité que c’est pas ma présence qui changera la donne, pour finalement renoncer….
A l’échec de ma première tentative, a été associé la joie des rencontres sur le parvis du Bar.. Comme moi, beaucoup d’américains s’étaient massés rue Daunou en espérant rentrer… Autour d’une bud, ils ont accepté de partager leur frustration mais surtout leur espoir et leur croyance… Alex a 20 ans, il se repère dans la foule à la pancarte Obama 2008 qu’il porte au dessus de sa tête… Etudiant depuis 2 mois à Paris, il n’en reste pas moins un convaincu du sénateur de l’Illinois… Quand il était encore en Utah, son état d’origine, il passait ses samedis à faire du porte à porte, « pour faire comprendre aux gens qu’ils ont besoin de changement »…Plus loin, c’est Joella et Izmir, un couple d’américain, d’origine arménienne, en lune de miel à Paris… Lire la suite

Entre deux taxis

Prise dans les méandres de la vie parisienne, je n’arrive pas à écrire… j’y pense souvent, mais l’envie de me vient pas, reste alors la culpabilité d’avoir commencer un projet et de n’être pas capable de le tenir…
C’est aussi que je n’arrive pas à faire de cette ville ce que je veux, je n’arrive pas à me l’approprier, à la faire mienne… Un mois déjà et je suis toujours étrangère devant ses murs… Place du Panthéon, le sentiment est fort, cette place me fait peur, les pierres jaunes m’écrasent, j’ai juste envie d’échapper… Ce qu’il manque à Paris, ce qui me manque dans cette ville c’est du vert… Lire la suite

la maison près de la…

Sept escaliers à monter pour rejoindre un couloir mal éclairé. Un interrupteur qui allume une ampoule grésillante, je suis enfin arrivée à mon étage.
Quand j’ouvre la porte en fer forgé de l’immeuble du 7ème arrondissement où je vis, on ne peut pas savoir si la fille aux bottes noires et au béret blanc que je suis, cherche à rejoindre l’appartement de ses parents, probablement diplomates ou chef d’entreprises, ou si c’est un étudiante qui devra se cacher dés la seconde porte passée dans l’escalier de service. Ici, monsieur, on ne se mélange pas…aurais chanter Brel à propos de ces gens làLire la suite

A paris à vélo…

Passée une certaine heure, les rues parisiennes ne sont peuplées que de vélib et de taxi… sur ma bicyclette titubante sous les effluves d’alcool restantes, j’ai quitté le marée et rejoint les invalides en observant la ville qui se lève.
Place de Breteuil, il est 4h30, je suis presque arrivée.
Les marchants eux aussi sont là, déjà réveillés, en train d’installer leur étalage pour l’un des plus grand marchés de la capitale. Lire la suite

Comme il pleut sur la ville

On ne parle jamais des villes quand il pleut… Il semble qu’il faut rétablir ici un fait, une ville sous la pluie, même si c’est la plus belle cité du monde, même si les batiments sont harmonieux et colorés, une ville sous la pluie c’est moche et déprimant, une ville sous la pluie on a pas envie de la visiter, on n’a pas envie d’en profiter….
Aujourd’hui, il a plu toute la journée, presque en continu, pas forcément fort mais en permanence, Tour Eiffel ou pas, Arc de Triomphe ou pas, Paris aujourd’hui était moche, déprimant…

Il est difficile pour moi de ne pas faire de comparaisons avec New York… J’ai tellement mis d’énergie pour m’approprier la Big Apple qu’aujourd’hui je la considère comme une des ville qui fut chez moi.
Un mois que je suis à Paris, et il est difficile de renouveler ces efforts, alors faute de mieux pour le moment je compare…. Lire la suite